dimanche 19 avril 2015

Cemal Paşa et les Juifs



"PALESTINE

Les expulsions de Jaffa

Les journaux anglais, qui avaient annoncé des massacres, pillages et pendaisons de juifs en Palestine, commencent à reconnaître l'inexactitude de ces nouvelles. Le correspondant du Jewish Morning journal a télégraphié que le bruit qui avait couru de la destruction du quartier juif de Jaffa, Tel Abib, n'est pas fondé. Pas un seul édifice n'a été touché ; ce quartier n'a nullement été attaqué et n'a eu à souffrir aucun dommage. Il n'est pas douteux cependant que des Juifs eu grand nombre ont été expulsés de Jaffa, mais les récits d'atrocités commises à cette occasion sont de pures inventions. L'office sioniste de Copenhague a fait savoir que la plupart de ces juifs sont actuellement à Jérusalem dans une grande misère. Il faudrait 3.000 francs par jour pour les secourir efficacement. On a fait courir le bruit également que les expulsions de Jaffa auraient eu lieu parce que la nouvelle s'était répandue en Palestine que des manifestations se produisent en Amérique dans le but de faire donner la Palestine aux israélites, et les juifs de Jaffa se seraient vantés ouvertement que c'était un fait accompli.

Les organisations sionistes des pays neutres et celles d'Allemagne et d'Autriche, ainsi que les sociétés des Benei Beritch seraient intervenues, au dire des journaux d'Angleterre, auprès du gouvernement ottoman en faveur des juifs palestiniens et auraient reçu de lui des promesses rassurantes.

Voici, d'autre part, la dépêche détaillée du grand-rabbin de Jérusalem que nous avons annoncée dans notre précédent numéro :

Dépêche du Haklam-Bachi.

« D'après l'agence Havas, le bruit monstrueux s'est répandu d'une prétendue persécution de juifs en Palestine. Je considère comme un devoir sacré de réfuter de la façon la plus catégorique en mon nom et au nom des communautés israélites cette calomnie contre le gouvernement Ottoman, calomnie dont le but est visible, et je vous prie de donner à notre protestation la plus grande diffusion possible dans la presse. C'est une assertion mensongère que celle d'après laquelle les villes de Gaza et de Jaffa auraient été évacuées uniquement dans le but de chasser les juifs de Palestine, les juifsse trouvant ainsi seuls atteints par l'évacuation. La vérité est que, parmi les 30.000 habitants, qui ont dû quitter Gaza dans l'intérêt de leur propre sécurité, il ne se trouvait que 20 à 30 juifs. Parmi les 40.000 habitants, qui ont abandonné Jaffa pour le même motif, il y avait 7.000 juifs. Mais ceux-ci ont tous pu s'établir dans d'autres villes et villages à l'intérieur de la Palestine et c'est un fait que presque aucun d'eux n'a quitté le pays. Les colonies juives, même celles des environs immédiats de Jaffa et de Gaza ; sont restées complètement intactes. Ces faits prouvent clairement que, de la part du Gouvernement turc il ne s'agissait pas d'une mesure prise contre les juifs et que l'intention d'éloigner les juifs de Palestine n'a existé en aucune façon. Les habitants des villes évacuées ont tous eu, sans distinction de religion, les mêmes possibilités de remédier à la situation, autant que le permettaient les circonstances. Des secours en argent ont été accordés aussi par le gouvernement à la population nécessiteuse. Il est complètement faux que les biens aient été pillés ; tout ce qui a dû être laissé a été et est encore surveillé le mieux possible. En outre, c'est une méchante invention que de prétendre que 7.000 israélites auraient été chassés de Jérusalem. A l'exception d'un certain nombre de sujets de puissances en guerre, juifs et non-juifs, quelques familles juives isolées, pour des raisons purement administratives se sont vu refuser le séjour à Jérusalem depuis le commencement de la guerre. Il est pareillement faux que le commandant en chef du 4e corps d'armée ait jamais donné des preuves de malveillance contre les juifs. Bien au contraire, Djemal Pacha a trouvé à maintes reprises l'occasion de témoigner, par des paroles et par des actes, sa sympathie et ses dispositions bienveillantes en faveur de la population juive de Turquie. Il a constamment donné satisfaction aux désirs et aux besoins religieux des communautés juives et des militaires israélites dans l'esprit de cette parfaite tolérance religieuse qui est de tradition dans le gouvernement Ottoman. La nouvelle sensationnelle de potences constamment dressées et d'exécutions continuelles appartient aussi au domaine des fables. Le fait est que, à l'exception de trois soldats qui avaient gravement manqué à leur devoir, pas un seul juif n'a été condamné à mort depuis le commencement de la guerre.

« Le grand-rabbin N. DANON, HAKHAM, BACHI »

Un autre télégramme privé, émanant du Dr Thon de Jérusalem, confirme ces renseignements et ajoute que l'évacuation a eu lieu dans le plus grand ordre et que les colons et paysans de Galilée ont fourni aux évacués tout ce qu'ils ont pu trouver comme voitures et montures. « Il n'est que trop certain cependant que la population évacuée, tout comme celles des autres pays se trouvant dans la zone des armées, a eu beaucoup à souffrir et qu'elle est actuellement dans une grande détresse, les 100.000 francs mis à sa disposition par Djemal Pacha pour parer aux premiers soins ne constituant pas un secours suffisant ».

D'après une autre dépêche, il resterait à Jaffa 30 juifs comme chômerin, gardiens, dont 12 pour le quartier de Tel-Abib où tout est en parfait état, 3.000 des évacués se trouvent dans la Galilée inférieure, un millier à Petah-Tikwa, autant à Kfaraba ; le reste s'est dispersé dans les colonies juives de Samarie, du Nord de la Galilée et dans les villes.

Enfin une dépêche de Madrid, de l'agence Reuter, fait savoir que le Ministre des Affaires étrangères a reçu du Gouvernement allemand le démenti formel que des Juifs et des Chrétiens aient été, de la part de Turcs et d'Allemands, l'objet de mauvais traitements. Le cabinet de Berlin se déclare prêt à coopérer à l'organisation d'une commission composée de Consuls de pays neutres, y compris le Consul d'Espagne, dans le but de faire sur les lieux une enquête complète. Toutes les facilités seront accordées par le Gouvernement Ottoman à la Commission pour l'accomplissement de sa tâche.

L'ambassade de Turquie à Berne a fait, au sujet des événements de Palestine, une communication par écrit confirmant les renseignements que nous avons publiés et de laquelle il résulte en outre que les évacués ont été laissés libres, soit de transporter leurs effets et bagages à Jérusalem, soit de les laisser dans leurs maisons. Les objets laissés ont été inscrits sur des registres remis aux fonctionnaires locaux qui ont été rendus responsables personnellement des objets placés sous leur garde.

Le Commandement de la 4e Armée a ordonné la punition réglementaire après jugement par Conseil de guerre de tous ceux qui se livreraient au moindre acte de pillage. Mais ce fait ne s'étant produit nulle part aucune punition n'a dû être appliquée jusqu'à présent.

Les droits des propriétaires des potagers, jardins d'orangers et d'amandiers ont été strictement respectés et protégés et des Comités élus par les propriétaires ont été autorisés à rester sur place pour veiller à l'entretien et à l'arrosage des dites propriétés.

Les Consuls ont visité personnellement, celui d'Espagne y compris, les régions évacuées afin de pouvoir constater de visu la réalité des faits."

Source : L'Univers israélite, 72e année, n° 38, 15 juin 1917, p. 318-321.