vendredi 16 mai 2014

Le peuplement juif de l'Empire ottoman

Nicoară Beldiceanu, "L'organisation de l'Empire ottoman (XIVe-XVe siècles)", in Robert Mantran (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 134-135 :

"L'Empire ottoman connaît au XVe siècle une population juive qu'on peut diviser en deux selon ses origines :

1) Les Ottomans trouvèrent dans les territoires qu'ils occupèrent un peuplement juif antérieur à leur arrivée. Il s'agissait des juifs de l'ancien Empire byzantin. Des actes mentionnent ainsi l'existence de communautés juives au XVe siècle au Sarukhan, en Crimée, à Gallipoli, à Corinthe, à Salonique et, bien entendu, à Constantinople. En 1488-1489 le fisc ottoman y enregistre 429 feux, soit plus de 2000 juifs.

2) Des juifs qui arrivèrent en grand nombre dans les pays de la Porte provenaient de la péninsule Ibérique après le décret d'expulsion promulgué par les rois catholiques, le 31 mars 1492, de l'Italie du Sud et même des pays germaniques et de Provence. Les recensements ottomans connaissent l'existence d'importantes communautés juives dans tous les centres urbains de quelque notoriété. La ville de Salonique, où plus de 60 % de la population sont israélites, deviendra au XVIe siècle la grande métropole juive de l'Empire ottoman. Les recenseurs impériaux inscrivent l'origine des diverses communautés : Espagne, Portugal, Sicile, Provence, Allemagne, etc. A Andrinople, par exemple, s'établissent des émigrés arrivés d'Espagne, du Portugal, de Sicile et d'Allemagne. Valona est également un centre assez important de peuplement juif ; il constitue 35,84 % de la population au début du XVIe siècle. Il faut savoir qu'à partir du décret d'expulsion, toute ville ottomane comptera un certain nombre de communautés juives venues d'Occident, et cela selon l'importance économique de la localité considérée. La politique favorable de la Porte envers l'émigration juive trouve probablement une explication dans la volonté du sultan de combattre le rôle économique de l'élément arménien, mais surtout grec, les Grecs rêvant de secouer l'emprise de l'Etat ottoman."