mardi 1 octobre 2013

Israël, héritier de l'Empire ottoman

Mohamed Heykal, L'affaire de Suez. Un regard égyptien, Paris, Ramsay, 1987, p. 275 :

"Dans un discours de victoire à la Knesset, le 7 novembre [1956], Ben Gourion proclama que « de même que l'accord d'armistice, les lignes d'armistice entre nous et l'Egypte sont effacées et mortes ». En d'autres termes, le Sinaï et Gaza faisaient maintenant partie d'Israël et le changement de souveraineté fut marqué par un changement de noms : le golfe de Suez devenait le golfe de Suleiman, Charm el-Cheikh devenait Ophira, et ainsi de suite. Une solide propagande d'inspiration officielle visait à prouver que le Sinaï n'avait jamais vraiment fait partie de l'Egypte. Elle affirmait que le Sinaï avait toujours appartenu à l'Empire ottoman, et non pas à l'Egypte de Mohamed Ali, et qu'Israël était l'héritier des Ottomans."