mardi 2 juillet 2013

Jean-Marc Ayrault et Yvon Chotard

François Dufay, "Bordeaux-Nantes ou la mémoire honteuse de l'esclavage", L'Histoire, n° 301, septembre 2005, p. 27 :

" « Tout le monde a joué le jeu, se félicite le maire PS Jean-Marc Ayrault. Le diocèse s'est impliqué, des vieilles familles de l'île Feydeau ont accepté d'ouvrir leurs archives. » Sur cette lancée, le château des ducs de Bretagne va consacrer une salle entière à cette face sombre de l'histoire nantaise.

Derrière ces manifestations : l'association Les Anneaux de la mémoire, pilotée par l'avocat Yvon Chotard. Cet ancien soixante-huitard publie aussi une revue annuelle sur la question, Cahiers des Anneaux de la mémoire. De plus, en tant qu'adjoint au maire, il développe les relations de Nantes avec l'Afrique et le Nouveau Monde.

« Ni déni, ni péché d'anachronisme », telle est la ligne de ­conduite d'Yvon Chotard. Mais voilà : à l'ambitieux musée international qu'il voudrait voir sortir de terre, Jean-Marc Ayrault a préféré le projet porté par un autre de ses adjoints, antillais celui-là, d'un mémorial à l'abolition de l'esclavage. Liste gravée dans le sol de tous les bateaux négriers partis de Nantes 1745 expéditions au total, citations de Nelson Mandela ou d'Aimé Césaire : ce « monument à l'esclave inconnu » disent ses détracteurs devrait voir le jour, quai de la Fosse, d'ici deux ans."

Pierre-André Taguieff, La judéophobie des Modernes : des Lumières au jihad mondial, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 651, note 12 :


"Le Mémoire en défense de Faurisson était dédié à un certain nombre de personnages (cités dans l'ouvrage, p. XVII) : Eric Delcroix, avocat d'extrême droite ; Yvon Chotard, avocat d'extrême gauche, à l'époque membre du MRAP (...)."