vendredi 5 avril 2013

Jean-Christophe Cambadélis (fondateur du "Manifeste contre le Front national") et Yves Laisné

Cécile Amar et Ariane Chemin, Jospin & Cie : Histoire de la gauche plurielle, 1993-2002, Paris, Le Seuil, 2002, p. 13-14 :

"En cette fin d'année 1999, la presse se met à ouvrir les placards de la MNEF, la Mutuelle nationale des étudiants de France, où se sont nouées tant d'histoires entre lambertistes et où ont prospéré quelques jeunes pousses jospinistes. « Camba » [Cambadélis] est partout dans les médias, en titre, en photo. Mais avec, en légende, des étiquettes qui deviennent sacrément encombrantes. « Camba », premier lieutenant de la jospinie, numéro deux du PS ; « Camba », stratège de la gauche plurielle...

Le fondateur du Manifeste contre le Front national a déjà été condamné pour « recel d'abus de biens sociaux » lorsque, après avoir perdu son siège de député en 1993, il était salarié de l'Agos, un organisme assurant la gestion de foyers de travailleurs immigrés et présidé par Yves Laisné, lui-même ancien responsable du Front national. Il en a payé le prix après la victoire de son ami Lionel aux élections législatives, en 1997 : pas de place au gouvernement, les rênes du PS à un autre. Cette fois, c'est pour les emplois fictifs de la MNEF qu'il est dans le collimateur des juges."