mercredi 20 février 2013

Sur la soi-disant "politique arabe" du général de Gaulle

Jean-Pierre Lacroix, "Diplomate : quel devoir de réserve ?", Diploweb.com, 1er septembre 2000 :

"(...) H. Vedrine dit vrai à propos de la politique arabe de la France à l’époque du général de Gaulle. Il écrit que le général de Gaulle n’a conçu de politique arabe que durant les six derniers mois de sa présence à la Présidence de la République. Il n’y a donc eu une politique étrangère arabe gaulliste que durant six mois. La politique palestinienne ne s’est développée qu’a partir du Congrès de 1969, c’est à dire sous Pompidou. On n’a intégré le mouvement palestinien à notre politique étrangère qu’à partir de 1969, le général de Gaulle ayant démissionné.

Jusqu’en 1962, compte tenu de la guerre d’Algérie, il est difficile de parler d’une politique arabe. Ensuite, la politique du général de Gaulle se dirige plutôt sur l’Iran où il va en octobre 1963. Cette date est capitale car elle marque le choix d’une politique musulmane non-arabe, avec l’Iran. Je persiste à penser que, jusqu’en 1969, le général a beaucoup hésité. Ce sont les attaques israéliennes contre Beyrouth de décembre 1968 qui ont déterminé - via l’embargo sur les mirages - un début de politique arabe. La politique arabe de Gaulle n’a donc duré que quelques mois, c’est à dire très peu de temps."