jeudi 1 novembre 2012

Grèce : la propagande antisémite des vénizélistes

"2. ― GRECE

Elections

Des élections municipales ont eu lieu à Salonique, le 12 février. A côté du parti gouvernemental favorable aux juifs, les partis adverses étaient formés, d'une part, par les partisans de M. Venizelos ― qui, nettement antisémites aux élections législatives complémentaires du 2 juillet 1933, ont changé cette fois-ci de tactique en faisant figurer à côté de leurs candidats chrétiens un candidat israélite ; d'autre part, un nouveau parti purement antisémite et hitlérien E. E. E. (1), s'est présenté pour la première fois aux élections. Les antisémites, vénizélistes et autres, furent battus. Le nouveau maire, Manios, appartient au parti gouvernemental. La tentative du groupe E. E. E., l'instigateur de la tragédie Campbell, n'a pu recueillir en faveur de son candidat maire que 800 voix, sur les 34.000 votes exprimés. Le nouveau Conseil municipal est constitué par 13 membres du parti gouvernemental et 17 membres de l'opposition, dont trois au moins sont assez favorables aux juifs. Remarquons que, dès le lendemain des élections, le parti Venizelos ― champion de l'idée du Collège Séparé des électeurs juifs ― a repris sa propagande antisémite.

(1) Ethniki Enosis Ellas."

Source : Paix et Droit (organe de l'Alliance Israélite Universelle), n° 3, 14e année, mars 1934, p. 12.