lundi 1 octobre 2012

Le socialiste marxiste Salvador Allende : antisémitisme, racialisme et eugénisme

Thèse Higiene mental y delincuencia, Université du Chili, 1933 :

"Les lois de l'euthanasie et de l'eugénisme ont remplacé la Roche Tarpéienne, et leurs dispositions protégent l'individu, contre lui-même et seulement dans un but social. (...)

L'individu représente l'unité de la race. (...)

Ainsi, par exemple, les Italiens du Sud, en particulier ceux de Sicile, à l'inverse de ceux du Nord, et également les Espagnols, sont portés aux crimes passionnels, de type barbare et primitif, et sont émotionnellement irresponsables parce que la mer et la chaleur stimulent l'activité thyroïdienne. (...)

Parmi les Arabes, il y a quelques tribus honnêtes et laborieuses mais les plus nombreuses sont aventurières, imprévoyantes, oisives et portées aux larcins.

Les Gitans constituent habituellement des groupements délictueux ou la paresse, la fureur et la vanité prédominent. Parmi eux, les homicides sont plus nombreux.

Les Juifs se caractérisent par des formes déterminées de délits : l'escroquerie, la duperie, la calomnie et, surtout, l'usure. A l'inverse, les assassinats et les délits passionnels sont l'exception.

Ces faits font soupçonner que la race influe sur la délinquance."

Déclaration en 1952, cité par Osvaldo Puccio dans Un cuarto de siglo con Allende : recuerdos de su secretario privado, Santiago, Emisión, 1985, p. 25 :

"Le parti communiste est le parti de la classe ouvrière. Le parti communiste est le parti de l'Union soviétique, le premier Etat socialiste du monde. Et quiconque souhaite former un gouvernement socialiste sans les communistes n'est pas un marxiste. Et je suis un marxiste."

Déclaration à un congrès de journalistes socialistes, Santiago, 8 avril 1971 :

"Pour un journaliste de gauche, le devoir suprême est de servir non pas la vérité, mais la révolution."