dimanche 10 juin 2012

Pas de socialisme d'Etat en Israël

Zeev Sternhell, entretien à L'Express, n° 2946-2947, 20 décembre 2007-2 janvier 2008, p. 118 :

"Au sommet de sa puissance, le système des kibboutz n'employait que de 6 à 8 % de la population. Les autres habitants menaient une vie normale au sein d'une société bourgeoise, construite sur le modèle libéral. Un exemple : au début des années 1930, les dirigeants du Yichouv ont débattu de la possibilité d'imposer les revenus. Le Mapaï, le parti de Ben Gourion, était contre. Avez-vous déjà vu un parti socialiste opposé à l'impôt sur le revenu ? La raison est simple. Peu avant, le gouvernement polonais avait mis en place un impôt de ce type. Et Berl Katznelson, l'idéologue du Parti travailliste, craignait qu'une telle mesure ne dissuade les juifs polonais de venir s'installer en Palestine, puisqu'ils quittaient leur pays, entre autres raisons, à cause de cet impôt. Attirer les juifs était plus important que de veiller à leur bien-être, une fois qu'ils étaient sur place. Il a fallu attendre l'arrivée au pouvoir de la droite, en 1977, pour que l'éducation secondaire devienne gratuite. Au début des années 1950, le coût des études en classe terminale représentait l'équivalent de 30 % du salaire moyen. Le culte du travail manuel et les urgences liées à la construction de l'Etat étaient tels que seuls les enfants de la bourgeoisie poursuivaient leur scolarité jusqu'au bout."