lundi 6 février 2012

David Ben Gourion et la Turquie



Alain Dieckhoff, "Israël et la Turquie : contrastes et perspectives", in Elizabeth Picard (dir.), La nouvelle dynamique au Moyen-Orient. Les relations entre l'Orient arabe et la Turquie, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 143 :

"Dans les années 1913-1914, lorsque le Comité Union et Progrès tiendra les rênes du pouvoir, certains dirigeants sionistes, comme Ben Gourion et Ben Zvi, iront même jusqu'à prôner l'ottomanisation des Juifs dans le cadre d'une citoyenneté globale qui préserverait les diversités nationales."

Michel Bar-Zohar, Ben Gourion. Le prophète armé, Paris, Fayard, 1966, p. 43-44 :

"Weizmann à Londres, Trumpeldor et Jabotinsky au Caire lancent des appels pour que les Juifs se rangent au côté de l'Entente. Mais l'Entente, cela veut dire aussi la Russie, la Russie du Tsar, du despotisme, des pogroms. Ben Gourion et Ben Zvi sont contre cette tendance. (...) Ils continuent donc de lutter pour l'ottomanisation, idée stérile et dépassée mais dont ils ne peuvent se détacher. Pour eux, c'est le seul moyen de rester en Palestine et de sauvegarder la fragile tête de pont établie sur place. Ils militent pour créer un corps de volontaires juifs qui combattraient dans les rangs de l'armée turque."


Elise Ganem, L'axe Israël-Turquie, vers une nouvelle dynamique proche-orientale ?, Paris, L'Harmattan, 2005, p. 16 :

"Ankara fut le premier Etat musulman à reconnaître l'Etat hébreu, de facto en 1949 puis de jure un an plus tard. Abandonnant son principe de neutralité qui prévalait jusqu'alors dans la conduite de sa politique extérieure, la Turquie choisit résolument le camp occidental pendant la Guerre Froide. Ainsi, elle participa à la Guerre de Corée auprès des Etats-Unis en 1950, elle adhéra à l'OTAN en 1952, au Pacte de Bagdad en 1955 puis successivement à l'OCDE et au Conseil de l'Europe. En 1958, le Premier ministre israélien Ben Gourion signa avec son homologue turc Adnan Menderes un accord de coopération contre « le radicalisme au Moyen-Orient et contre l'influence soviétique »."