mercredi 18 janvier 2012

L'immigration juive à Istanbul



Robert Mantran, Histoire d'Istanbul, Paris, Fayard, 1996, p. 272-273 :

"Des Juifs sont venus de la péninsule Ibérique, d'Italie et d'Europe centrale dès la fin du XVe siècle et dans la première moitié du XVIe siècle. Ils ont très vite joué le rôle d'intermédiaires entre l'administration ottomane et les négociants étrangers, et ont étendu leurs activités vers le commerce et la banque : au milieu du XVIe siècle, les banquiers marranes sont solidement implantés à Istanbul. Le voyageur allemand Gerlach évalue à dix mille le nombre des Juifs « anciennement chrétiens » venus à Constantinople ; parmi eux certains disposent de « revenus de cent mille ducats ou davantage » [et] possèdent leurs propres maisons avec des jardins ; leurs demeures sont à Galata parmi les plus belles ». La famille des Mendez est alors la plus célèbre de la communauté marrane, en particulier Doña Gracia de Luna (Beatriz Mendez), était arrivée dans la capitale ottomane au cours de l'été 1552. Sa fille épousa João Miguez, son neveu : connu par la suite sous le nom de Joseph Naci, celui-ci joua auprès de Soliman le Magnifique et de Selîm II un grand rôle politique (en particulier sur le plan financier) et reçut le titre de duc de Naxos.

A la même époque, des médecins juifs venus d'Italie, d'Espagne et du Portugal se sont installés à Istanbul. Certains d'entre eux sont passés au service du sultan, tels Manuel Brudo, Moses Hamon, descendant d'une famille de médecins de Grenade, ou Musa Djâlînûs al-Isrâilî (Moïse le « Galien juif ») dont Nicolas de Nicolay célèbre les connaissances."